Asterix – L’Iris Blanc

L’Iris Blanc, le 40ème album d’Astérix sort aujourd’hui.

Quel rapport avec le CPC ?

Au fil de la carrière de notre ordinateur favori, un certain nombre de Astérix sont sortis en bandes dessinées. La CPC ayant eu beaucoup de succès en France, il était donc logique que cette BD française (<troll>comme quoi les français savent aussi faire de bonnes bandes dessinées<troll>) s’y retrouve aussi.

D’autres adaptations de bandes dessinées ont été réalisées sur notre CPC avec plus ou moins de bonheur.

Tout le monde se souvient:

  • de Nord et Sud, l’excellente tour par tour d’après Les Tuniques Bleues;
  • de m’enfin, le cluedo à la sauce Gaston;
  • de la marque jaune, dans lequel nous étions vraiment baigné dans l’univers de Edgar P.Jacobs;
  • et bien d’autres.

Trois BDs belges mais je ne l’ai pas fait exprès.

Du très bon, comme du moins bon. Il en a eu tellement que cela mériterait un dossier plus complet sur toutes ces adaptations.

Mais qu’en est-il des Astérix ?

Nous avons eu la chance d’avoir droits à 3 jeux.

Astérix Et La Potion Magique – Cockel Vision (1986)

Que dire ? Le sprite de Astérix est bien fait. Et puis, c’est tout. Lent, moche, injouable. Les collisions entre sprites sont ratées.

J’ai cru à un bug en voyant le hud du haut.

Je suis certains que ce jeu a dégouté de jeunes joueurs à lire les bandes dessinées…

Astérix Et Le Chaudron Magique – Melbourne House (1987)

En anglais uniquement. Pourquoi ?

Déjà plus jouable et globalement plus beau (même si le sprite des héros était mieux dans le précédent). Les sprites répondent bien au joystick… mais il y a trop de clipping. Et surtout, qu’est ce que c’est ennuyant.

4 étoiles sur 5 dans Amstrad Magazine 21. Ils étaient bien généreux.

Astérix Chez Rahazade – Coktel Vision (1987)

Tiens, pas de magie dans le titre de celui-ci ? C’est sans compter la version anglaise, nommée Astérix Et Le Tapis Magique.

Pour une fois, le jeu suit la trame d’une des bandes dessinées. Mais est-ce bien ?

Bof. L’histoire est écrite et vous la subissez du début à la fin.

Entre chaque scène, une partie d’un mauvais pacman vous rappelle que le jeu n’est pas qu’une reprise de la bd version CPC.

Pour le fan de Astérix, sans doute le meilleur des trois épisodes mais, pour les autres, l’intérêt est plus que moyen.

Bilan ?

Tout est bien dispensable. Aucune pépite.

Je ne blâme aucunement les développeurs et graphistes. Il faut se remettre dans les conditions de l’époque où les éditeurs pressaient leur main-d’œuvre. Heureusement, ce n’est plus le cas maintenant (naïf que je suis).

4 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wild From CNR
7 mois il y a

Hey c’etait pas si mal pour l’époque et puis de toute facon, nous avions une imagination debordante …